L'oeil de Jeffrey : Nantes - Poitiers

Photo : Franck Fétis

Le PB s'en va défier Nantes le 7 mars : Un match qui « compte double »

Les tendances actuelles : 

Lorsque le PB a accueilli Nantes, le 14 janvier, les visiteurs affichaient un excellent bilan (8 victoires, 5 défaites), alors que les hôtes accusaient du retard à l'allumage (5 victoires, 8 défaites). Grâce à leur victoire ce soir-là (68-56), Poitiers a enclenché une bonne dynamique (4 victoires, 3 défaites), alors que Nantes a connu un coup de frein (2 victoires, 5 défaites depuis le début de l'année) et traverse actuellement une mauvaise passe (3 défaites consécutives, séries en cours). Engluées au milieu du tableau dans un championnat de plus en plus incertains (les derniers sont à 3 victoires des troisièmes...), les deux équipes vont jouer leur va-tout dans un match qui « compte double ».

Des trous d'air ? 

Assez fringants en début de parcours (on l'a vu), les trois derniers jours les Nantais ont été vaincus : contre Saint Quentin, 64-66, ne marquant que 6 points dans le troisième quart temps ; à Bourg-en-Bresse, 72-80, alors que l'ailier letton Rihards KUKSIKS, très discret à Poitiers, a marqué 18 points ; et enfin le 3 mars à Saint-Chamond qui se redresse assez spectaculairement, 65-87, dans un match à sens unique où parmi les visiteurs renvoyés à leurs études, seule la vieille connaissance Laurence EKPERIGIN semble avoir surnagé (15 points, 10 rebonds, évaluation s'élevant à 20). Il est évident que le 8 mars à domicile, les Nantais auront à cœur d'abord d'inverser la tendance actuelle, et ensuite de prendre leur revanche sur les Poitevins.

Le résumé vidéo du match aller :


Basket, Pro B, J14 : Poitiers - Nantes (2016-2017) par pb86

Le match aller : 

Une âpre bataille défensive a été remportée par Poitiers (68-56). A cet égard, les statistiques sont éloquentes : Pourcentage de réussite au tir : PB 34% ; Nantes 36% ; Nombre de rebonds : PB 47, dont 19 offensifs ; Nantes 39, dont 11 offensifs). Malgré une certaine réussite quantitative (11 points, 7 fautes provoquées, 12 rebonds), Ekperigin a fait montre pendant et après la rencontre d'une compréhensible frustration.  L'homme du match, celui qui a su trouver les clés permettant de débloquer une situation plus que compromise sur le plan de l'attaque, c'était incontestablement le Poitevin Mikael VAR (19 points, 6 fautes provoquées, 6 interceptions). Or il convenait également de saluer la hargne, la pugnacité et l'acharnement salutaire de Drake Reed (15 points, 7 rebonds, et enfin la bagatelle de 10 fautes provoquées). Côté nantais, l'excellent arrière Valentin BIGOTE n'a pas été en reste (15 points), et sera peut-être l'homme à suivre, lors du match retour du 7 mars.  


Jeffrey ARSHAM

Publié le 06/03/2017

Partage

Permalien :
Facebook Twitter Google+ Pinterest

Actualités récentes

Toutes les actualités