L'oeil de Jeffrey : Poitiers - Rouen

Photo : ©A-D Lamour/CDP Media

Tout savoir sur l'adversaire de Poitiers, l'équipe de Rouen.

L'enjeu: 

Entre deux formations qui ont piètrement commencé le championnat (Rouen venait tout juste de descendre en Pro B) mais se sont redressées vaille que vaille depuis les fêtes de fin d'année, à l'approche de la fin de la saison régulière l'enjeu est de taille. Fort de 8 victoires lors de ses 12 dernières sorties et suite à une victoire fracassante contre Roanne (85-68) dans laquelle tous les joueurs ont apporté leur pierre à l'édifice, le PB s'appuie sur une belle dynamique (13 victoires, 12 défaites). Ayant trouvé une vraie identité collective ces trois derniers mois et s'étant extirpé lentement mais sûrement de la zone des relégables, Rouen Métropole Basket (11v, 14d) peut désormais nourrir de légitimes ambitions. 

Joueurs adverses à surveiller: 

De manière générale, le RMB est une jeune équipe assez athlétique dont le « doyen », l'intérieur guyanais Steeve HO YOU FAT, n'a que 28 ans. Quant au pivot titulaire, l'américano-bahaméen Jonathan AUGUSTIN-FAIRELL (ou « Fairell » tout court), diplômé de Murray State, il n'est âgé que de 23 ans. Or, son manque relatif d'expérience ne l'a pas empêché de s'imposer comme leader offensif des Normands (14,5 points, 6,9 rebonds/match) ; sans battre des records, il fait preuve de constance. Selon son entraîneur, Rémy VALIN, c'est « un intérieur typique du Pro B, puissant près du cercle, finisseur main droite/main gauche et très fort dans le jeu poste bas ». Les Poitevins feront également attention à l'ailier finlandais, Hawkur PALSSON, leur « bête noire » (23 points) pendant le match aller qu'ils ont néanmoins remporté (79-71). 

 

   Hawkur PARSON face à Drake REED (photo: ©A-D Lamour/CDP Media)

De mal en pis, de mieux en mieux:  

Le 20 décembre 2016, lors du onzième journée du championnat dont les débuts traînaient en longueur, le Kindarena de Rouen sonnait le creux (environ 1000 spectateurs). L'équipe locale affichait un bilan maigrichon (2 victoires, 8 défaites) ; quant aux visiteurs, leur rendement collectif n'était guère plus brillant (4v, 6d) ; encore plus inquiétant, le PB était encore à la recherche d'une première victoire en déplacement. Or dans un match au cours duquel les intérieurs poitevins ont dominé de la tête et des épaules leurs vis-à-vis (Y. FALL : 16 points ; 15 rebonds, évaluation s'élevant à 29), les Poitevins ont bel et bien mis fin ai signe indien (79-71), se transformant par la suite contre toute attente en road warriors (4 victoires consécutives, avant la rencontre à Saint-Quentin prévue pour le 4 avril). 

Jeffrey ARSHAM, le 2 avril 2017


Publié le 06/04/2017

Partage

Permalien :
Facebook Twitter Google+ Pinterest

Actualités récentes

Toutes les actualités