Interview croisée : Mathurin Maynier et Vincent Royer

Photo : Tommy Hombert

La formation des jeunes est au cœur des projets du club. Mathurin Maynier et Vincent Royer, respectivement coachs des U15 et U18, nous partagent leurs expériences et leurs avis sur des jeunes pousses du Poitiers Basket.

PB : Vous êtes tous les 2 entraîneurs au Poitiers Basket depuis plusieurs saisons déjà. Présentez-vous un peu.

MM : Alors je m’appelle Mathurin Maynier et j’ai 27ans. Je suis coach depuis 5 ans mais salarié de l’Union depuis 2014. Je m’occupe des U15 élite au PB et également des U17 inter-région au CEP.

VR : Moi c’est Vincent Royer, 31 ans et je suis salarié à Poitiers depuis 3 saisons. Je m’occupe de l’équipe U18 et je suis le responsable des camps du Poitiers Basket pour les jeunes.

PB : Quel a été votre parcours dans le basket en tant que joueur ?

MM : Quand j’étais plus jeune je suis passé par le pôle espoir de la région. Malheureusement je n’ai pas été retenu en fin de parcours. J’ai rapidement décidé de jouer au basket pour le plaisir et j’ai rejoint les U18 régions du CEP. J’ai ensuite joué pour l’équipe 1 avant de rejoindre la N3 du PB pour une saison et demie. Depuis j’ai joué au niveau régional pour différents clubs de Poitiers. 

VR : J’ai joué moi aussi au niveau régional à Joué les Tours et à l’ASPTT Limoges. J’avais également fait les sélections et le championnat de France jeunes.

PB : Comment avez-vous rejoint le Poitiers Basket en tant qu’entraîneurs ?
MM : J’ai découvert le coaching au CEP en 2009 avec les U13 région plus les sélections Vienne. J’ai reçu une proposition du staff de Poitiers pour intégrer le centre de formation. Au début j’intervenais 2 fois par semaine en tant qu’assistant U18.


Mathurin Maynier : entraineur des U15

VR : J’étais salarié au club de Bressuire et entraîneur en sélection Ligue Poitou-Charentes. Le PB m’a contacté en 2014 pour me proposer un poste.

PB : Quelles sont pour vous les qualités essentielles pour être coach ?

VR : La patience, la pédagogie et la rigueur. Et le relationnel bien sûr même au-delà du basket. Il y a une relation de confiance entre les joueurs et le coach.


Vincent Royer : entraineur des U18

PB : Parlons maintenant des équipes dont vous vous occupez. Comment se passe une semaine basket pour les jeunes ?

MM : Les U15 s’entraînent 4 fois par semaine avec le Pôle Espoir plus 2 fois avec le PB. Et en plus de tout ça ils ont match le week-end. Les U17 quant à eux s’entraînent en groupe commun avec les U18 et ils ont match le samedi. C’est un peu « l’équipe réserve des U18 » mais c’est surtout un très bon outil de travail pour les plus jeunes joueurs.

VR : Pour les U18 il y a entraînement tous les jours, principalement le soir et 2 fois le midi. Il faut ajouter à ça la musculation et une séance de vidéo par semaine.

« Si les notes à l’école ne sont pas bonnes il y aura des sanctions au niveau basket »

PB : C’est très compliqué de devenir joueur professionnel de nos jours. Comment le club gère le côté extra-basket avec les jeunes ?

MM : En effet c’est très compliqué. Il y a beaucoup de candidats pour peu d’élus. C’est pourquoi nous insistons beaucoup auprès des joueurs sur le côté scolaire. La fin de la saison en U18 correspond avec le passage du Bac. Le centre de formation s’inscrit donc dans un double projet. Pour les joueurs qui continuent le basket il peut y avoir un allégement des entraînements en fonction des études supérieures qu’ils vont choisir. Le cursus se termine après la catégorie U21. A ce moment-là et selon le niveau du joueur, nous pouvons l’aider à trouver un club mais toujours avec un projet professionnel ou scolaire en plus. Je vais prendre l’exemple de Louison Thomas qui a évolué en espoir au PB et a même fait le banc chez les pros. Aujourd’hui il évolue en Nationale 2.

VR : Pour nos U18 nous avons un partenariat avec le lycée Isaac de l’Etoile. Quand ils arrivent à l’entraînement, les joueurs ont eu au moins 2h de travail personnalisé à l’école. Ils peuvent être libérés plus tôt s’il y a besoin pour les entraînements. Mais à l’inverse si le scolaire ne suit pas nous supprimons des entraînements pour les joueurs concernés.

Pour les U15 c’est un peu différent. Ils sont en cursus sport études. C'est-à-dire qu’ils ont cours le matin et basket l’après-midi au CREPS avec Gwenaël Pestel qui est le Conseiller Technique Basket. Là encore si les notes à l’école ne sont pas bonnes il y aura des sanctions au niveau basket. 

PB : Andy Thornton-Jones est le responsable du centre de formation. Quels rapports avez-vous avec lui ?

MM : En fait nous travaillons tout le temps avec Andy. Tout est vu avec lui en amont. Nous préparons les séances tous les 3. Il y a beaucoup d’échanges.

VR : Au-delà de ça ce sont tous les coachs qui sont impliqués dans la formation. Ruddy est très impliqué sur les jeunes. C’est très rare qu’il ne passe pas à St Eloi un dimanche voir les matchs ! C’est très important pour les jeunes en plus. C’est une source de motivation pour eux car il les conseille et partage son ressenti avec eux. Et puis quand il leur dit quelque chose il est plus crédible que nous. Il fait passer des consignes en 2 min que nous mettons 3 jours à mettre en place (rire).


Kevin Harley (photo Tuan NGUYEN)

PB : Avez-vous des contacts avec les anciens joueurs passés par le centre de formation ?

MM : C’est toujours un plaisir de se revoir. Il y a toujours un échange de conseils et nous prenons des nouvelles de temps en temps mais il n’y a pas véritablement de contact régulier.

PB : Que pensez-vous de la saison de Kévin Harley avec Denain ?

MM : Kévin a montré que c’était un joueur qui peut jouer en Pro A. Il est dans une période de doute mais il est encore jeune. Il va rebondir. C’est un joueur qui a été très bon à un moment mais il cogite un peu trop…Il ne faut pas l’enterrer trop vite. 

« Je n’ai jamais vu un joueur de ce niveau-là au même âge »

Sekou Doumbouya n'est que âgée de 16 ans ( photo Jordan Bonneau)

PB : Cette saison nous avons la chance d’avoir à Poitiers l’une des pépites du basket français et même européen en la personne de Sekou Doumbouya. Que pensez-vous de ce jeune joueur ?

MM : Pour faire simple : je n’ai jamais vu un joueur de ce niveau-là au même âge. Et pourtant nous avons vu passé Evan Fournier à Poitiers…C’est un grand talent et il a le profil pour le haut niveau. En plus il est loin d’être bête et il sait où il veut aller. Si tout se passe bien on le verra très haut.

VR : Moi ce qui m’impressionne le plus c’est sa marge de progression incroyable. Il est très fort pour son âge mais il a encore une marge physique, technique et tactique à développer. Maintenant il faut exploiter ce potentiel et voir ce que tout ça peut donner.


PB : Pour finir, parlons de 2 jeunes joueurs du club : Cléments Desmonts et Jim Seymour qui ont tous deux été élus champions d’Europe 3x3 U18. 

MM : Clément est là depuis sa 1ère année minime cela fait donc 6 saisons. Il a grandi au club. Jim lui, est arrivé en cadet 2ème année. Il a beaucoup progressé physiquement et techniquement. Je suis content pour eux, c’est une expérience qu’ils n’oublieront pas.

VR : Ce sont 2 très bons garçons. Clément a du caractère et il sait où il veut aller. Quant à Jim il travaille beaucoup car il sait d’où il vient. C’est une grosse satisfaction. C’est une certaine fierté pour le club et une belle récompense pour eux (NB : Clément a en plus terminé meilleur marqueur et MVP du tournoi).


Alexis Bouyat

A voir ou à revoir en vidéo : "Prêt à bondir"

Plongée dans le centre de formation du Poitiers basket 86. 
Réalisation et montage : Sébastien Leurquin. 
Images : Sébastien Leurquin, Tommy Hombert, Loïc David, Gaetan Carrasset, Antoine Dufour, Clément Fouché.


PB86 FORMATION : Prêt à bondirpar pb86

Publié le 19/04/2017

Partage

Permalien :
Facebook Twitter Google+ Pinterest

Actualités récentes

Toutes les actualités