Prendre son temps

Photo : Jordan Bonneau / Studio Ludo

Du haut de ses 18 ans, Yanik Blanc ne veut pas brûler les étapes. Après son cursus à l’INSEP il est de retour à Poitiers, son club formateur. Avec l’envie de jouer bien entendu mais aussi celle d’apprendre pour pouvoir atteindre ses objectifs.

Pour le jeune meneur de jeu du PB86, le basket a toujours semblé être une évidence. Il faut dire que lorsque l’on commence un sport à 2 ans et demi il peut difficilement en être autrement ! Yanik fait ses 1er pas de basketteur dans son village en Charente avant de rejoindre le club référencé de Cognac en benjamin région. Parmi les meilleurs joueurs de sa génération, il sera retenu pour rentrer au Pôle Espoir du CREPS de Boivre et évoluera avec le Poitiers Basket.

Direction Paris et l'INSEP

Il quitte son environnement natal à l’âge de 15 ans direction Paris et l’INSEP où il évoluera d’abord en cadet puis en Nationale 1 avec le Centre Fédéral. « Quand on passe de cadet à la N1 la marche est vraiment haute surtout physiquement », avoue l’intéressé. Il réalisera pourtant une dernière année intéressante en 3ème division française : 10.5pts, 2 rbds et 2 pds de moyenne. Il disputera en plus l’Euroligue Junior : un tournoi regroupant les meilleures équipes de jeunes de toute l’Europe.

« Je ne veux pas gravir les échelons trop vite »

A sa sortie de l’INSEP plusieurs clubs lui proposent un contrat mais deux retiennent particulièrement son attention : Dijon et Poitiers.

« J’avais d’autres contacts mais ces deux-là étaient vraiment les plus sérieux. La JDA me proposait d’intégrer son centre de formation afin de jouer en championnat espoir et d’être 10ème du groupe pro. Mais j’ai finalement opté pour le PB86 un club que je connais. En plus ma famille n’est pas loin ce qui est aussi un plus. Et là Pro B me convient bien car je ne veux pas gravir les échelons trop vite ».

Yanik retrouve donc une structure qu’il connaît parfaitement et un coach qu’il côtoyait déjà. En termes d’intégration, difficile de faire mieux pour un jeune joueur se lançant dans le monde professionnel.

« Je connaissais déjà Sekou via l’INSEP et lorsque j’étais à Poitiers en jeune Pierre-Yves, Arnauld et Mike étaient déjà là. Pareil pour Ruddy qui vient souvent voir les matchs des équipes jeunes du club. Cette saison, il attend de moi que je défende fort et que je mette beaucoup d’intensité dans le jeu. L’attaque ça ira tout seul ».

"Une fierté de représenter la France"


Blanc (N°7), ici avec l'équipe de France U18 face à la N3 du PB86

En plus de son parcours en club le Charentais et appelé tous les ans à disputé les compétitions internationales avec les équipes de France jeune. Une « récompense et une fierté de représenter la France » pour le jeune homme qui compte bien rejoindre un jour l’équipe de France A.

À seulement 18 ans, Yanik a donc la tête sur les épaules. Mais des objectifs élevés aussi.

Rejoindre le haut niveau européen

« J’aimerais pouvoir jouer en Pro A d’ici 2-3 ans et réussir à faire ma place. Puis rejoindre un grand club européen pour pouvoir jouer l’Euroligue. Le jeu en européen me correspond mieux que la NBA. C’est totalement différent, en Europe le jeu est beaucoup plus défensif. En ce moment par exemple je regarde beaucoup Thomas Heurtel (meneur de l’équipe de France et de Barcelone) et j’essaie de m’inspirer de lui ». 

Une trajectoire à la Heurtel pour Yanik Blanc ? L’avenir nous le dira.

Alexis Bouyat


Prochain match de Blanc et des siens samedi 04 novembre face à Vichy Clermont !

Venez les encourager !  

Publié le 01/11/2017

Partage

Permalien :
Facebook Twitter Google+ Pinterest

Actualités récentes

Toutes les actualités